MINISTERE DES INFRASTRUCTURES
ET TRAVAUX PUBLICS
vendredi 17 juin 2022 à 18:47

Atelier de formation sur l'Engagement Communautaire

La Halle de la Gombe a abrité mardi 14  et mercredi 15 juin 2022 un Atelier de formation sur l’Engagement communautaire organisé par la Cellule Infrastructures dans le cadre de la mise en œuvre du Projet KIN ELENDA. Animé par Mr Stephen Janus, Consultant de la Banque mondiale en Développement Social, l’atelier de formation s’est achevé par une descente sur le terrain, le jeudi 16 juin 2022, pour la mise en pratique. Des acteurs sociaux, des représentants de la Société civile, des membres des Comités Locaux de Développement ainsi que des responsables des Communes ciblées par le projet ont bénéficié de cette formation aux côtés des experts du projet. Les Bourgmestres des Communes de N’djili et de Kisenso, deux de quatre Communes concernées par le projet KIN ELENDA, ont pris part à cet atelier de formation. Environ une quarantaine de personnes ont suivi assidûment cette session de formation. On a noté également au cours de cette session de formation la participation très active de Mme Grâce Muhimpundu, Spécialiste en Développement Social de la Banque mondiale attachée au projet KIN ELENDA.

L’engagement communautaire est un facteur  la réussite d’un projet de développement. «Avant de construire des bâtiments, il faut construire des esprits» a-t-on insisté au cours de l’atelier. Des projets dits «éléphants blancs» sont le plus souvent le résultat d’une méconnaissance de ce principe simple. Un cas parmi d’autres qui ont servi d’illustration, c’est celui des passerelles construites sur le Boulevard Lumumba, qui sont à peine utilisées pendant que des piétons se bousculent pour traverser la chaussée en sautant, au péril de leurs vies, par-dessus des séparateurs. Il va de soi que les esprits n’ont pas été préparés pour s’approprier ce projet.

Pour rappel, le Projet KIN ELENDA est l’expression du Gouvernement de la République Démocratique du Congo de contribuer à l’amélioration  de la gestion urbaine et de l’accès aux infrastructures, aux services et aux opportunités socio-économiques à Kinshasa. Sur le terrain, comme atout majeur, le projet s’appuie sur l’ensemble de ses sous-projets destinés à contribuer à la construction d’une ville résiliente, avec à la clé l’amélioration des conditions de vie et d’habitat des populations vulnérables, en leur apportant une réponse opérationnelle et durable à leurs besoins de base.

Afin de parvenir à une appropriation des résultats du projet par les bénéficiaires (populations, communautés, Administrations…), un Plan de Mobilisation des Parties Prenantes (PMPP) a été monté dans le cadre du projet KIN ELENDA. La mobilisation des parties prenantes est, faut-il rappeler, un processus inclusif mené tout au long du cycle de vie d’un projet de développement, dont la finalité est de bâtir des relations susceptibles d’aboutir à l’implication et à l’appropriation du projet par les communautés bénéficiaires. Ce processus est bâti sur quatre principaux paliers: la Communication, la Consultation, l’Engagement et le Partenariat. Lorsqu'elle est conçue d’une manière appropriée, la mobilisation des parties prenantes favorise le développement des relations fortes, constructives et ouvertes qui sont importantes pour une bonne gestion des risques environnementaux et sociaux d’un projet ainsi que des attentes des communautés visées par le projet.

Dans le contexte de derniers préparatifs pour le démarrage effectif des activités du projet sur le terrain, l’atelier de formation sur l’Engagement Communautaire constitue un important préalable à la constitution et à l’installation dans les quatre Communes ciblées par le projet des Comités Locaux de Développement et Comités Locaux de Gestion des Plaintes. Ces structures sont de précieux rouages dans le processus interactif de mobilisation des parties prenantes.

La session de formation proprement dite s’est articulée autour de trois thèmes principaux: les principes de base de l’Engagement Communautaire, le développement d’une approche opérationnelle et le cadrage du message spécifique se rapportant au projet KIN ELENDA. Concrètement, l’atelier avait pour objet de former des participants sur les principes qui régissent la mobilisation des parties prenantes, et de les équiper en leur apportant des outils  nécessaires dans ce processus  d’engagement communautaire.

Pour allier la pratique à la théorie, deux sites ont été choisis comme cadres de consultation: le Centre d’Enfouissement Technique de Mpasa et la Commune de Matete. Sur les deux sites, l’équipe du projet KIN ELENDA doit par-dessus tout gérer l’impatience, voire même l’exaspération des «bénéficiaires», pour temps très long pris par le projet dans le démarrage effectif des activités. A Mpasa, les occupants du site attendent l’indemnisation de leurs actifs  pour libérer les 90 h à récupérer par le projet; la Communauté entière attend la réhabilitation du pont Mfusu dont le tablier s’est affaissé et de la route d’accès qui risque d’être coupée des érosions. Dans la Commune de Matete, l’interlocuteur était le Comité Local de Développement de Matete (CLDM) qui, au-delà de l’impatience, est exaspéré de constater que certains infrastructures retenues par le projet KIN ELENDA sont récupérées par d’autres projets.

Après la réunion de consultation avec le Comité Local de Développement de Matete, une séance d’évaluation de la journée a été organisée dans la Salle Communale de Matete sous la direction  de M. Stephen Janus. De façon générale, la prestation  de l’équipe du projet a donné des résultats au-delà des attentes. Un fil conducteur de présentation (allant du général au particulier) a été dégagé dans le cadrage du message. Pour permettre à plusieurs équipes d’évoluer au même moment sur plusieurs sites, il a été demandé à l’équipe du projet de confectionner et partager une fiche de présentation avec des articulations bien affinées sur les résultats ou effets du projet sur chaque site avec une vision claire des étapes et des échéances.  «Je suis content qu’on est arrivé à ce résultat bien qu’il y ait encore des choses à réajuster» a conclu M. Stephen Janus. En ce qui concerne la Communication, recommandation a été faite de préparer pour les prochaines descentes des supports de visibilité (t-shirts et képi au logo du projet), des visuels ayant trait aux différents sites ainsi que des prospectus sur des thèmes spécifiques  (Gestion des Plaintes…).

Baudouin MANZENZA SASSA                                                                                               Chargé de Communication

AUTRES ACTUALITES
mardi 1 février 2022 à 13:55

Structure et attributions

mercredi 2 février 2022 à 10:25

Présentation de la Cellule Infrastructures

mercredi 2 février 2022 à 12:53

Introduction sur le plan anti corruption

Actualites