Présentation de la Cellule Infrastructures

CELLULE INFRASTRUCTURES

 

HISTORIQUE

La Cellule Infrastructures (CI) est un organe technique du Ministère des Infrastructures Travaux publics et Reconstruction (MITPR), doté d’une autonomie administrative et financière. C’est la première agence d’exécution au sein d’un ministère sectoriel depuis la reprise de la coopération structurelle entre les bailleurs de fonds et la République Démocratique du Congo en 2001.

La CI a été créée en 2004 par arrêté ministériel n° CAB/TPI/024/MN/FK03/2004 du 07/10/2004 sur initiative du Gouvernement de la RDC, de la Commission européenne et de la Banque mondiale.


MANDAT

Le mandat général de la CI est la coordination sectorielle et l’appui institutionnel au MITPR principalement dans son rôle de maîtrise d’ouvrage.

La Cellule Infrastructures fournit donc un service conseil au MITPR dans la conception, la mise en œuvre et le suivi des investissements dans le secteur des infrastructures. A ce titre, elle intervient principalement en tant que:

  • Maître d’ouvrage délégué pour les projets d’infrastructures financés par les partenaires traditionnels ;

  • Représentant du maître d’ouvrage ;

  • Levier de pilotage et de réintégration vers les structures publiques pérennes du MITPR de la maîtrise d’œuvre des projets d’infrastructures, précédemment externalisée ;

  • Interface et coordination avec les partenaires bilatéraux et multilatéraux.

 

STRUCTURE ORGANIQUE

La Cellule Infrastructures est dirigée par un Coordonnateur et un Coordonnateur adjoint. Elle comprend en son sein:

  • cinq (5) sections opérationnelles :

 

(i) Routes ; (ii) Voiries; (iii) Bâtiments Publics (iv) Appui Institutionnel (v) Administration et Finances

 

 

  • cinq services spécialisés :

 

(i) Passation de Marchés ; (ii) Gestion Financière ; (iii) Audit Interne ; (iv) Gestion Environnementale et Sociale ; (v) Système d’Information Géographique.

 

Le personnel de la Cellule Infrastructures est composé d’experts nationaux et internationaux de haut niveau et expérimentés, tous recrutés sur une base compétitive après appel à candidatures.

Au noyau actuel pourra s’adjoindre, en fonction des plans de charges et besoins spécifiques de chaque nouveau projet, un personnel d’appui complémentaire qui sera pris en compte sur les ressources financières correspondantes.

Le fonctionnement du noyau dur de la Cellule Infrastructures est assuré par le Fonds fiduciaire du projet «PRO-ROUTES» financé par le DFID (Department For International Development) et la Banque Mondiale et par les frais administratifs de mise en œuvre de programmes et projets.

 

ACTIVITES

A fin juin 2009, la Cellule Infrastructures a mis en œuvre 44 programmes et projets (21 projets de routes, 5 de voiries, 10 de bâtiments publics, 3 de formation et appui institutionnel et 5 de fonctionnement) pour un montant global de 483 millions USD, dont 12.534.105,25 millions d’un prêt remboursable (auprès du Fonds Koweitien).

De ces programmes et projets, 15 sont encore actifs et en cours d’exécution. Ils sont financés par 8 partenaires multilatéraux et bilatéraux : la Banque mondiale, la Banque Africaine de Développement, la Commission européenne, le Koweït, le Royaume Uni, le Japon, la Belgique et la France).

Actuellement, trois 3 nouveaux projets sont en phase d’instruction sur financement de la Banque Arabe pour le Développement Economique de l’Afrique, de l’Allemagne et des Pays Bas.

 

ROLE TRANSVERSAL

Vu le caractère transversal des infrastructures, la Cellule Infrastructures agit en partenariat avec plusieurs structures et entités de la République Démocratique du Congo, notamment :

  • l’Office des Routes (OR) ;

  • l’Office de Voirie et Drainage (OVD) ;

  • le Bureau d’Etude et d’Aménagement Urbain (BEAU) ;

  • le Bureau Technique de Contrôle (BTC) ;

  • le Groupe d’Etude du Transport (GET) ;

  • le Groupe d’Etude en Environnement du Congo (GEEC) ;

  • le Comité Technique de Réformes (CTR) du Ministère des Finances ;

  • la Direction des Infrastructures du Ministère du Plan ;

  • la Direction des Voies de Desserte Agricole (DVDA) ;

  • l’Agence Congolaise de Grands Travaux (ACGT) ;

  • l’Unité de Coordination des Projets (UCOP) ;

  • le Bureau de Coordination des Marchés des Infrastructures (BCMI).

 

 

Nos bailleurs